NOTRE HISTOIRE FONDATRICE

Anaod n'est pas
qu'une marque.

C'est plus que ça.

L'industrie de la mode a complètement dérivé (sans jeu de mot), et nous en payons les frais.

Ce constat, nous le connaissons :

Une industrie opaque

pour cacher un maximum d’abus

Des bas prix

pour vous faire acheter sans cesse

Une faible qualité

des vêtements pour devoir en racheter davantage

Un fort impact

des matières, des teintures, et du pays de fabrication sur l’environnement et les individus producteurs

Une délocalisation

dans des pays du tiers monde sans normes sociales et environnementales pour profiter d’une main-d’œuvre sous-payés avec des conditions de travails exécrables

Une surproduction massive

au détriment du vivant et de l’éthique humaine

Voyez-vous ? Son univers ne donne franchement pas envie, même à ce prix. Il est au sommet d’une pyramide d’injustices sociales et climatiques.

La règle d’or (ou la prime au vice) : plus une entreprise pollue et exploite, et plus ça lui rapporte de l’argent. 

La marque loom l'explique très bien ici ->

Il s’inscrit dans une course effrénée à la croissance, avec des marques souhaitant faire passer le vêtement comme un objet « jetable » tout en exploitant ce système amer en toute impunité. 

C’est la face cachée de la mode qui nous sourit discrètement, derrière les images marketing vendeuses de rêves et de bonheur.

Nos aspirations pour le futur

Cet univers nous pousse à remettre en question la manière dont sont fabriqués et commercialisés les vêtements que nous portons chaque jour. Il nous faut agir, maintenant, de manière à œuvrer ensemble vers des solutions plus durables pour notre futur.

ANAOD

Anaod est une marque fondée à l’été 2019, signifiant « sur la côte » en Breton. Elle existe pour accomplir deux missions : 

Produire mieux (vraiment mieux)

Le choix du pays de fabrication :

Grâce à nos ateliers situés dans le nord du Portugal, nous garantissons des conditions de travails décentes en cohérence avec nos valeurs, sans perdre un œil sur le circuit de fabrication. Nous diminuons l’empreinte carbone de nos vêtements grâce à l’énergie nucléaire du pays 11 fois moins émettrice de CO2 que les centrales à charbon en Asie. Et indirectement, nos ateliers prennent en compte les enjeux environnementaux que nous souhaitons par le traitements des eaux usées lors des teintures, la gestion des déchets textiles, et la mise en place d’énergie renouvelable pour la production d’électricité. 

Ensuite les matières premières :

Nous choisissons des matières telles que le coton biologique, le coton recyclé ou encore le polyester recyclé, de manière à réduire notre empreinte sur les sols, la biodiversité et les agriculteurs. Chaque matière a ses avantages et inconvénients, que ce soit en terme de recyclabilité, d’économie d’eau et de prix. Il n’existe pas de matière parfaite, mais nous cherchons toujours le meilleur compromis en terme d’impact et de qualité pour un prix de vente raisonnable.  

La qualité des vêtements :

Un t-shirt fabriqué au Portugal avec du coton bio c’est bien. S’il est de très bonne qualité, c’est mieux. Pour réellement diminuer son empreinte, il doit durer dans le temps pour que vous n’ailliez pas à en racheter tous les quatre matins. De ce fait, nous concevons avec l’aide de nos ateliers des vêtements ayant des tissus de très bonne qualité, afin de les garder le plus longtemps possible et faire perdurer le marché de la seconde-main. 

Informer plus

Au-delà des vêtements, nous aspirons à être une marque engagée et militante. Notre volonté est d’informer le plus grand nombre sur les écarts de l’industrie de la mode et les conséquences de la surconsommation sur la planète et ses individus. Elle fait partie des industries les plus polluantes au monde et se doit d’être à minima connue de tous. Le savoir est la clé pour pallier les débordements et engendrer des mouvements vers un système moins productif, plus inclusif, et résiliant avec les humains et la nature. 


Vous l’aurez compris, nous essayons de prendre en compte chaque enjeu avec nos moyens financier et notre société à taille humaine. Nous avons tout à faire, tout à comprendre et à apprendre dans ce milieu ultra complexe et opaque. Dès à présent, en achetant nos produits, vous saurez ce que vous soutenez, et à quoi nous aspirons : 


« Produire mieux, informer plus, et agir davantage »


Portez nos couleurs, et rejoignez le mouvement. 

Les débuts de l’aventure

La première page de ce livre débute devant un reportage poignant au début de l’été 2019. Samuel, très sensible aux questions environnementales et sociétales de ce siècle, se retrouve bouche bée devant tant d’injustices sociales et climatiques pour de simples bouts de tissus. Il avait conscience du problème, mais ce qu’il voyait dépassait tout entendement. 


Dès lors cette prise de conscience sur l’impact des vêtements que nous fabriquons,  une colère et incompréhension l’envahit. À la suite de quelques jours de réflexion, il eut l’idée de créer une marque, la plus juste et propre possible. Novice dans ce milieu il n’y connaissait rien dans la mode mais avait cependant quelques notions en entrepreneuriat et en e-commerce de part ses études.


Après des mois de travail passionnant, il lance en juin 2020 sa marque Anaod et vend sa première série de t-shirts recyclés fabriqués en France via la plateforme de financement participatif Ulule : voir ici. Il s'agit du fondateur de la marque, Samuel Havaux, âgé de 24 ans à l’heure d’aujourd’hui. 


La réussite de cette campagne de financement remis en question le fonctionnement de la marque ainsi que sa pérennité économique. Après avoir tiré de nombreuses conclusions de cette expérience, les fondements principaux furent remis à plat pour construire des bases solides. Il fallait une image de marque forte et durable avec une mission impactante dans ce milieu.  

À la rentrée 2020, les compteurs sont revus à zéro, avec de grandes ambitions pour l’année suivante. À cette période, seul encore dans le projet, Samuel rencontre Alban Quellec, designer graphique de formation, touche-à-tout et dont les notions d'entreprenariat émergent depuis un moment. Lui-même engagé et conscient de ce système absurde, il rejoint rapidement l’aventure pour co-créer ensemble la marque et les vêtements que vous voyez aujourd’hui.


À la suite du lancement officiel en juin 2021 avec les premiers t-shirts recyclés, l’aventure suit son cours avec leurs moyens pour développer des vêtements uniques et de qualités, ayant le plus bel impact possible. Ils sont fiers de vous montrer qui ils sont, leurs engagements, et leur mission pour un avenir commun.


Engagez-vous à nos côtés pour œuvrer contre une industrie ultra polluante, qui pousse à la surconsommation permanente et à la destruction du vivant.   

CÔTÉ BREST

"Anaod, une marque de vêtements recyclés créée à Brest."

« Une marque dirigée par des jeunes pour un public inspiré par la glisse et l'océan, une marque engagée pour informer de la réalité alarmante dans l'industrie textile (fabrication, conditions de travail, sur-consommation...). Nous nous positionnons un peu à l'apposé de la fast-fashion (industrie de la mode jetable). »

OUEST FRANCE

"Anaod, une marque engagée de t-shirts recyclés"

"Du recyclage des vêtements jusqu’à la confection et la vente de leurs t-shirts, Samuel Havaux et son associé Alban Quellec (absent sur la photo) gardent un œil sur l’ensemble du circuit de production."

LE TÉLÉGRAMME

"Les t-shirts Anaod surfent sur la vague écolo"

"Des textiles écologiques conçus à partir de bouteilles en plastique et de vêtements recyclés : c’est la marque de fabrique des T-shirts Anaod. Une création du Finistérien Samuel Havaux pour protéger la planète."